Stérilisation de la chienne : bienfaits et conséquences

sterilisation chienneBonjour à tous !

Après plusieurs semaines d’absence, me revoilà… En espérant que vous me le pardonnerez, internet m’a joué des tours ! C’est ça, d’habiter à la campagne !

C’est avec un sujet qui prête à polémique que je reviens sur la toile, car nous sommes en plein dedans, avec notre Doberman femelle : les bienfaits et les conséquences de la stérilisation de la chienne.

Pourquoi faut-il faire stériliser sa chienne ?

Il est reconnu aujourd’hui que si l’on n’a pas l’envie de faire avoir des portées à sa chienne, il faut la faire stériliser afin d’éviter toute grossesse non désirée, mais aussi tout un tas de maladies graves : cancer des ovaires, de l’utérus, des mamelles, de la rate… En fait, cancer de tout ce qui touche de près ou de loin à son système reproductif.

Quand faut-il faire stériliser sa chienne ?

Alors là, je ne vous cache pas que les rumeurs vont bon train et qu’il est difficile de faire la part des choses :
– Une première dit qu’il faut laisser à la chienne le temps d’avoir une première fois ses règles.
– Une deuxième affirme qu’il faut faire faire à la chienne au moins une portée.
– Une dernière dit qu’il faut absolument la faire stériliser avant ses premières chaleurs.

Comment savoir qui dit vrai ? C’est à vous, le maître, de prendre cette décision en fonction de l’avis de votre vétérinaire et de vos convictions, malheureusement.

Si vous souhaitez savoir comment nous nous sommes décidés, c’est en se basant sur de récentes études qui semblent prouver que faire stériliser sa chienne avant ses premières chaleurs (donc entre 6 et 12 mois en fonction des races, voir avec votre vétérinaire) réduisent de 99,95% tout risque de maladie liée à ses hormones (donc tumeur mammaire, grossesses nerveuses, infections utérines, et tant d’autres). Si on attend ses premières chaleurs, on chute à 90% ; ses deuxièmes chaleurs, 74% ; et au-delà, c’est trop tard pour faire la différence. Il ne nous en a pas fallu plus, surtout que notre vétérinaire de l’époque abondait dans ce sens.

A vous maintenant de faire votre choix.


Qu’implique l’intervention en elle-même ?

stérilisation chienneVotre chienne sera opérée, donc anesthésiée et pansée. Les risques sont les mêmes que pour nous, humains : intolérance à l’anesthésie, complications lors de l’intervention, mauvais rétablissement… Soyez sûrs de votre vétérinaire, faites stériliser votre chienne quand elle est jeune et en pleine forme pour bien s’en remettre, et tout devrait bien se passer.

 

Quelles sont les conséquences de la stérilisation ?

Les bienfaits, nous en avons parlé plus haut : épargner à votre chienne tout un tas de maladies qui pourraient écourter sa durée de vie, ou tout du moins la rendre bien plus difficile. Ca pèse très lourd dans la balance du comparatif !

Les conséquences que vous risquez de provoquer sont variées et variables, puisque ça agit sur les hormones et ça dépend des chiennes : prise de poids, moins beaux poils, comportement altéré (moins joueuse, ou plus aigrie, etc.), incontinence… Difficile d’en faire une liste exhaustive. Certaines chiennes ne connaîtront aucun effet secondaire, d’autres en cumuleront peut-être. Sachez que le premier cas est bien plus souvent constaté que le second, rassurez-vous.

Notre expérience : l’opération

Notre vétérinaire a pris la peine de faire analyser le sang de notre chienne afin de tester sa tolérance à l’anesthésie. L’opération s’est donc très bien passée.

stérilisation chienneNotre « toutoute » n’avait que 7 mois, puisque c’était avant ses premières chaleurs ; on ne peut pas dire qu’on la connaissait encore par coeur, et nous n’avions pas trouvé indispensable de lui faire faire un pansement trop conséquent. Erreur : dès la cicatrisation commencée, ça l’a démangée, et elle est parvenue à le détériorer. Nous avons donc dû retourner chez le vétérinaire pour lui faire un pansement digne de ce nom, avec bandage intégral de la taille, bien serré, qu’elle ne puisse pas le retirer. Je vous conseille donc de ne pas lésiner !

Elle s’est remise très bien et la cicatrice est invisible. Elle n’a même pas été groggy quand on l’a récupérée après l’opération, mais c’est un Doberman ; on connaît la vitalité de cette race de chien. En bref, opération parfaitement menée et passée.

Notre expérience : effets secondaires

Notre chienne a aujourd’hui 3 ans et n’a effectivement connu aucune maladie notoire. Son comportement ne s’est pas altéré, très joueuse, affectueuse, etc., elle a une ligne et un pelage parfaits.

Malheureusement, elle a hérité de l’incontinence pendant son sommeil vers 2 ans. Attention, quand on parle d’incontinence, ce n’est pas non plus « les grandes eaux » : ce sont des fuites, plutôt. Mais nous avons bien entendu consulté pour savoir ce qu’on pouvait faire.

Notre vétérinaire nous a donc prescrit un médicament pour ce type de symptôme, et ça a très bien marché. Il faut adapter la dose afin qu’elle soit au minimum : on commence 2 fois par jour, et si le symptôme a disparu, on passe à 1 fois, puis 1 fois tous les 2 jours, etc. jusqu’à trouver la dose idéale sans réapparition.

Doberman chienne stériliséeMais au bout d’1 an, nous avons dû revenir à la dose d’origine, en vain : elle a eu à nouveau des fuites. Nous avons donc changé de médicament la semaine dernière.

Ca nous chiffonne de devoir la « médicamenter » ainsi alors qu’elle est encore jeune. Mais quand on voit autour de nous les chiennes qui enchaînent les opérations pour des tumeurs parce que les maîtres ignoraient l’importance de la stérilisation, on ne regrette pas.

Si son incontinence persiste malgré tout, il restera la solution d’une nouvelle opération pour « remonter » la vessie. Mais nous n’en sommes pas encore là.

 

Conclusion

Attention, conclusion complètement subjective, mais sincère, puisque ce n’est que mon avis : faites stériliser votre chienne au plus tôt.

Je ne vous ai pas caché les risques, mais les maladies que connaissent les chiennes non-stérilisées sont affreuses et leur infligent trop de souffrances par les opérations des tumeurs qui apparaissent. Les conséquences de la stérilisation sont trop aléatoires pour vous bloquer, et je n’ai jamais croisé de chienne ayant connu de symptôme vraiment prononcé, si ce n’est la nôtre avec ses petites fuites urinaires nocturnes, ponctuelles et traitables.

Je vous tiendrai au courant si l’état de notre chienne évolue. Elle pète la forme, c’est un magnifique Doberman en pleine santé, joueur, sportif, dynamique, affectueux, avec un bel appétit… Que demander de plus ? 🙂

Aloux

Le Pinscher Nain

Pinscher nain concoursAujourd’hui, je vous propose une race de plus à vous faire découvrir : le Pinscher Nain. C’est grâce à Céline, des Ardennes, que nous allons en savoir plus sur cette race de petits chiens qui ont l’air vraiment tout mimis ! Mais le sont-ils vraiment…… ? 😉

Profil du maître

Je suis…
… en couple avec un enfant de 5 ans, je vis en appartement avec ma Pinscher nain, une Chihuahua de 4 ans, une chatte, un furet et deux rats.

Je travaille…
… à rechercher un emploi ! Je pars assez régulièrement dans la journée et laisse mes animaux seuls environ 5h par jour, voire parfois une après-midi complète. Ma Pinscher possède énormément de jouets, de l’ours en peluche de toutes les tailles et toutes les formes, en passant par le jouet qui couine, à l’os de buffle qu’elle adore mâchouiller lorsqu’elle s’ennuie ou a mal aux dents.

Mes activités…
… aucune en particulier, je sors assez régulièrement ma Pinscher Iloë, de 3 à 5 fois par jour. Elle adore se dépenser et courir au moins une fois par jour, pendant 10 à 15 minutes, voir 30. Et elle se plaît à embêter sa petite sœur Fiona, le chihuahua, et Tigrou, la chatte couleur écaille de tortue.

Profil du chien

Pinscher nain chiotIloë, qui m’a été offerte à mon anniversaire, est née le 21 janvier 2013 d’une mère noire et feu et d’un père de couleur fauve. Elle est de couleur rouge cerf avec des yeux noisette. Elle a su bien dresser ses oreilles à l’âge de 4 mois. Elle a une musculature très saillante, ce qui fait sa beauté, est très active et saute tout le temps (elle a dû être croisée avec un kangourou !). Son poids varie de 4kg500 à 5kg100. Du cou à la naissance de la queue, elle mesure 35 cm. C’est donc un chien de petite taille.

Principales qualités

Ses qualités sont qu’elle est très sociable, fidèle, protectrice et collante. Elle n’hésite jamais à s’approcher des personnes, même si elle ne les connaît pas. Contrairement aux idées reçues, elle n’aboie que très rarement, comparé à ses parents par exemple, juste quand elle entend le bruit de ma voiture quand j’arrive dans ma rue.

Principaux défauts

Ses défauts sont qu’elle est très gourmande, collante et comédienne. En effet, elle est énormément jalouse et attire toujours l’attention sur elle, il faut qu’on ne voie qu’elle. Très têtue, quand elle a quelque chose dans la tête, elle ne l’a pas ailleurs ! Il faut élever la voix pour que mademoiselle nous écoute. Egalement très curieuse, elle me suit partout et veut voir tout ce que je fais, que ce soit du ménage à la préparation du repas.

Pinscher nain joueur

La santé du Pinscher Nain

C’est un chien frileux : il lui faut régulièrement son pull sur elle, et quand elle sort, son petit manteau intérieur polaire, et son panier collé au radiateur. Très gourmande, il ne faut pas abuser des bonnes choses et savoir lui dire non, ainsi que bien vérifier sa nourriture ; veiller sur leur poids quand ils vieillissent, car il y a un risque d’obésité. Sa santé a toujours été au top depuis que je l’ai, sauf qu’il faut faire très attention à ses pattes en cas de mauvaises chutes, car les Pinschers Nains ont les pattes très fragiles.

La réaction des gens

Dans la rue, notre Iloë est très admirée par les enfants car elle est joueuse et le montre directement. Elle attire également les personnes âgées, qui en ont eu généralement au moins un dans leur  vie. Mais il y a des personnes qui restent très distantes, qui montrent des craintes, et bien sûr d’autres qui ne présentent aucune attention pour elle.

Le budget que mon chien représente

Pinscher nain niche

Il ne faut pas avoir un gros budget pour le Pinscher Nain. Pour ma part, je la lave 1 fois par semaine, 2 fois un produit pour les yeux et une lingette de bébé pour nettoyer les oreilles, et je passe un coup tous les jours sur son museau. Un peu de parfum pour bébé, brossage de dents quand mademoiselle le veut bien… Niveau croquettes, elle a « pour chien actif » et ne mange que 90g par jour. Par contre, elle obtient plusieurs fois des friandises pour bonne conduite ou ordre exécuté correctement… Vermifugée à chaque changement de saison, comme tout chien, elle en avait par contre mensuellement entre ses 3 mois et 1 an.

 

Pour conclure, c’est un chien qui s’entend avec tout animal (possédant un chihuahua, un chat, un furet et 2 rats, je peux en témoigner J ) et qui s’entend très bien avec les enfants. Joueur, câlin et actif, il peut convenir à une personne qui ne bouge presque pas comme à une personne qui va faire un footing tous les matins. Il peut être très actif ou très flemmard, mais a quand même besoin de se dépenser assez régulièrement. Il peut donc vivre en appartement tant qu’on le sort quotidiennement, comme dans une maison avec jardin. Attention juste à ne pas le laisser trop longtemps dehors en hiver. Après, comme on dit, l’éducation d’un chien se fait en fonction du maître. Je n’ai rien à reprocher à ce chien et cette race, car j’ai connu du Pinscher Nain très méchant, montrant les dents, tandis que le mien ne grogne que pour jouer !

Pinscher nain 1 anC’est marrant… Le tempérament de ce petit chien ressemble au mien… qui n’est pas si petit ! Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences. Merci beaucoup Céline, et à très bientôt !

Le Jack Russell

Jack Russell wantedAujourd’hui, nous allons parler d’un chien très à la mode, il n’y a pas si longtemps que ça : le Jack Russell. Après avoir été il y a quelques années le héros du film « The Mask » aux côtés du célèbre acteur américain Jim Carrey, nous avons aussi pu admirer son intelligence dans « The Artist », le récent film français muet avec Jean Dujardin (dans lequel le fameux chien prénommé Uggie est plus précisément un Jack Russell terrier).

Maintenant, il faut en savoir plus ! Le Jack Russell est-il cette boule de poils adorable, vive et obéissante ? Ils sont à croquer, n’est-ce pas…? Fafa, heureux propriétaire d’un Jack Russell femelle d’1 an et demi, Héra, va nous expliquer ce que c’est que de vivre avec cette race de petits chiens… pas si petits que ça !

Profil du maître

Nous sommes…
… un couple de de quadras mariés, parents de deux enfants de 11 et 14 ans, propriétaires d’une maison, avec jardin et sous-sol, en ville mais à proximité de la campagne et la mer. Nous avons un Berger Allemand femelle de 11 ans, notre Jack Russell et un chat. J’ai toujours eu des chiens, ce qui a, je pense, toute son importance. J’ai toujours élevé mes chiens seul, et toujours été ferme. Ici, dans notre meute, je suis le chef, puis viennent graduellement mon épouse, mon fils, ma fille, la Berger, la Jack …. et le chat qui morfle un peu avec cette dernière !

Nous travaillons…
…une bonne partie de la journée, si ce n’est en fin d’après-midi car mon épouse rentre de bonne heure à la maison. Nos chiennes sont habituées à se « driver » seules pendant la journée, toujours bien à leur place dans la meute : le maître n’étant pas là, il est normal de prendre la relève pour garder la maison.

Je ne pourrais pas vous dire si elles supportent bien la solitude puisqu’elles ne sont jamais vraiment seules, toujours au moins accompagnées de leurs compagnons à quatre pattes. En tout cas, il ne semble pas qu’elles souffrent particulièrement de notre absence.

Nos activités…
Nous ne sommes pas de grands sportifs mais avons la chance de n’avoir qu’à traverser la route pour être dans un parc, à partir de là il y a de quoi gambader. Une autre grande chance que nous avons, c’est de pouvoir profiter de la mer assez souvent, de fait, les longues balades sont très appréciées par nos chiennes, l’eau pas plus que ça (la mer). La Jack est assez préoccupée par ses papattes, à ne pas avoir froid…

Profil du chien

Berger AllemandBien qu’elle soit opérée, du haut de ses 6 kilos, Héra est dans la norme ; il faut cependant veiller à ne pas trop leur donner à manger, car les Jack Russell sont des gloutons.

Bien conscients que nous nous  » attaquions » à une bête féroce tant son comportement et son caractère sont bien ancrés, nous avons malgré tout choisi un Jack car c’est un « gros » chien dans un petit corps. Nous avons également préféré prendre une femelle, car notre Berger est Bergère, et je ne supporte pas les chiens fugueurs (ce que j’appréhendais avec cette race pour les mâles).

La cohabitation a tout de suite fonctionné : ma vielle chienne n’avait plus trop la pêche depuis la disparition de notre chienne précédente. Mais nous avons dû veiller à écourter les jeux au début afin de la préserver, car le Jack, c’est une tornade, un lion infatigable : joueur, couard, tout est bon pour les courses effrénées, les coups de dents dans les papattes, les voltiges en queue de Berger, car y’a pas mieux que de s’accrocher là-dedans, ça décoiffe ! 😉

Puis le Berger est devenu sa maman d’adoption. Les jeux sont toujours aussi sportifs, mais depuis les premières chaleurs, elle n’est plus le petit chiot. Le Berger est la patronne, donc quand elle en a marre, elle le fait savoir…

Je l’appelle « on/off », ou le chien/chat, car soit elle est à 200 km/h, soit elle peut passer des heures avec vous dans un canapé, une vraie feignasse !

Principales qualités

Ma Berger a aussi participé à l’éducation de la Jack. C’est donc une chienne très obéissante et contrairement aux idées préconçues sur cette race, elle obéit au doigt et à l’œil (mais là attention, le contraire peut être la règle pour d’autres chiens).

Excellent rappel : tout comme la Berger, nous ne la promenons jamais en laisse, tant en campagne qu’en ville (entendez « en ville » par petite ville avec des trottoirs fluide). Elle s’assoit avant de traverser la route et ne batifole pas avec les chiens de passage, sauf si j’ai donné l’autorisation et qu’il n’y a pas de risque de bagarre, ce qu’elle ne provoque jamais. A la maison, barrières ouvertes, elle ne passe pas le museau, même si cela ne l’empêche pas d’aller japper les chiens qui passent, mais jamais de là à aller les voir, interdit !

Enfin, c’est un chien de cirque : elle adore jouer avec ma fille ! Ou est-ce ma fille qui adore ça ? Bon, les deux dirons-nous…

Principaux défauts

Jack Russell équilibristeAttention, n’idéalisez pas trop, je considère que c’est absolument un chien à déconseiller en appartement ou comme premier chien. Il faut savoir faire preuve de fermeté, être très autoritaire et ne rien laisser passer. C’est un chien qui teste en permanence car extrêmement intelligent et opportuniste.

C’est également un sportif de haut niveau et joueur infatigable, il faudra veiller à temporiser car ce chien jouerait à en crever. Cette race a donc besoin de beaucoup de sorties et d’énormément de sport. Il faut qu’ils soient toujours occupés, cela peut devenir fatigant.

Comme c’est un gros chien dans le corps d’un petit, le Jack adore se faire les dents, donc attention à tout ce qui peut être fragile (une préférence notable pour tout ce qui est fils électriques…). Pour la petite histoire, mon frère a un Jack aussi, il a tout juste 8 mois, et là, il bat des records (de bêtises) ! Il a récemment refait tout le câblage informatique… ou encore, il adore emmener sa gamelle d’eau sur le canapé…

Attention lors des promenades, toujours à surveiller du coin de l’œil, surtout lorsqu’il est jeune et non éduqué : il faut fuir les terriers de lapins, car c’est un chien de chasse à l’origine (déloge les renards des terriers, même pas peur !), et quel plaisir incommensurable de se dérouler dans une belle charogne bien puante, un régal…

La santé du Jack Russell

Ce sont des chiens frileux ou qui, du moins, n’hésitent pas à faire la comédie… D’où la technique éprouvée de la tremblote pour squatter le panier ! Mais si, celui près du radiateur, ou encore mieux, le canapé… 😉 Petit point qui a son importance : prévoir une couverture dédiée, car c’est un cactus, ce poil ras, toujours à se piquer de ci-de là.

SAMSUNG

La propreté est un point sensible. Je n’ai jamais eu de chien aussi sale ! Nous sommes obligés de l’attacher dans le sous-sol afin qu’elle ne souille pas le garage, alors qu’en vacances, elle dort avec nous dans le lit, et même lors de grasses matinées, pas de soucis, mademoiselle se retient. GGGGrrrrrrrrrrr !!!!!!!! Une tête à claque, j’vous dis !!!!!

Nous avons fait le choix de la faire stériliser, car nous avons perdu notre Épagneul Breton d’un cancer de la mamelle, aussi nous avons choisi de mettre ce souci de côté en limitant la problématique avec la nouvelle venue. D’ailleurs, je pense qu’il serait intéressant pour les lecteurs de revenir sur quelques inepties à ce sujet : non, une chienne ne passera pas à côté de ces tumeurs si elle met bas, c’est complètement faux. La stérilisation n’a de portée que si l’opération a lieu avant les deux premières chaleurs, après, les statistiques tombent à 50 %, puis au fil du temps, de moins en moins efficace.

La réaction des gens

Elle est toujours positive. Le Jack Russell inspire la sympathie. Par contre, nous nous promenons toujours avec la Bergère, et injustement, elle est souvent crainte, à tort…

Le budget que mon chien représente

Nos chiennes font partie intégrante de la famille, et loin d’être des nantis, je crois bien que nous ne nous sommes jamais vraiment posé la question du budget avec mon épouse. Nous ne sommes, il est vrai, pas très matérialistes. Nous nous contentons de bonheurs simples comme le bien-être de nos enfants, leur épanouissement, qui passe aussi par nos deux boules de poils. Donc, nous préférons prioriser sur nos toutous, quitte à ne pas partir en vacances dans un camping bondé…

Passons sur la visite chez le véto annuelle, je ne compte pas grand-chose si ce n’est de bonnes croquettes, soit un sac de 15 kg, à environ 37€ qui nous fait environ un mois pour les deux chiennes. Ajoutez juste à cela quelques friandises…

Berger AllemandDonc, en résumé, et pour reprendre l’image du on/off, un propriétaire pourra s’éclater avec son Jack (ce qui est notre cas) ou avoir envie de l’éclater contre le mur (l’image est forte, mais quoi que…?) si l’éducation n’a pas été prise comme elle se devait dès le début.

Certains chiens peuvent être très agressifs (morsures d’enfants, gros dégâts dans la maison, etc.), c’est pourquoi je m’insurge contre les effets de mode car ce chien n’est pas anodin : il remplira de joie ou sera le pire cauchemar à la maison. Ah oui, au fait, le Jack adore les chats… les chats, eux, l’aiment un peu moins ! 🙂 Je plaisante, même si c’est vrai que notre vielle minette a un peu de mal, mais jamais il n’y a eu de catastrophe. En tout cas, à choisir, et pour reprendre le leitmotiv de ce blog, je pense qu’acquérir un Jack comme premier chien est une hérésie, mais là, cela n’engage que moi !

Merci à Fafa pour ce témoignage, et n’hésitez pas, si vous vivez vous aussi avec un Jack Russell, à partager votre expérience avec nous !

Le Berger Allemand

Berger AllemandC’est avec joie que je reçois le témoignage de Fafa, heureux propriétaire d’une Berger Allemand âgée de 11 ans, Jadie, ainsi que d’une Jack Russell, dont nous parlerons dans un prochain article… 🙂

Afin d’étoffer un peu cette page dédiée aux races de chiens, nous allons donc découvrir ce que c’est que de vivre avec un Berger Allemand. C’est une race célèbre et assez répandue, mais les connaissez-vous vraiment ? Voici ce que nous raconte Fafa à propos de Jadie, son Berger Allemand femelle.

Profil du maître

Nous sommes…
… un couple de de quadras mariés, parents de deux enfants de 11 et 14 ans, propriétaires d’une maison, avec jardin et sous-sol, en ville mais à proximité de la campagne. En plus de notre Berger Allemand, nous avons un petit Jack Russell femelle de 1 an 1/2 et un chat. J’ai toujours eu des chiens, ce qui a, je pense, toute son importance. J’ai toujours élevé mes chiens seul, et toujours été ferme. Ici, dans notre meute, je suis le chef, puis viennent graduellement mon épouse, mon fils, ma fille, la Berger, la Jack …. et le chat qui morfle un peu avec cette dernière !

Nous travaillons…
…une bonne partie de la journée, si ce n’est en fin d’après-midi car mon épouse rentre de bonne heure à la maison. Nos chiennes sont habituées à se « driver » seules pendant la journée, toujours bien à leur place dans la meute : le maître n’étant pas là, il est normal de prendre la relève pour garder la maison.

Je ne pourrais pas vous dire si elle supporte bien la solitude puisqu’elle n’est jamais vraiment seule, toujours au moins accompagnée de ses compagnons à quatre pattes (la Jack Russell et le chat). En tout cas, il ne semble pas qu’elle souffre particulièrement de notre absence, même si d’après nos voisins, elle a l’air un peu triste. Au-delà de ça, elle ne pleure pas ou ne hurle pas à la mort ni ne manifeste de comportement destructeur, symptôme bien connu du stress de la séparation.

Nos activités…
Nous ne sommes pas de grands sportifs mais avons la chance de n’avoir qu’à traverser la route pour être dans un parc, à partir de là il y a de quoi gambader. Une autre grande chance que nous avons, c’est de pouvoir profiter de la mer assez souvent, de fait, les longues ballades sont très appréciées par nos chiennes, l’eau pas plus que ça. Par contre, si l’un de nous est dans l’eau et s’en va assez loin du bord, c’est le grand stress, pas une seconde d’hésitation : il faut aller voir ce qui se passe et s’assurer que tout va bien.

Profil du chien 

Berger Allemand

Jadie pèse à peu près 35 kg. Rien de très original si je vous dis que cela reste un gros chien. Nos deux chiennes nous suivent partout (à 100 %) en vacances. Pour les déplacements autres (communion, mariage…), la Berger reste à la maison (1 à 2 journées ; nos voisins, charmants, la rentrant le soir dans le garage) mais ils l’a trouvent triste, évidement, les maîtres ne sont pas là.

Résumer ce qu’est d’avoir un Berger à la maison ? C’est très simple : il n’y a pas plus gentil et adorable, il faut cependant veiller à quelques prérogatives élémentaires. Ce chien ne vit que pour ses maîtres, donc à partir de là, rien de compliqué : plus vous serez proche de lui, plus il vous le rendra (je passe sur les petites bêtises propres à tout chiot).

La psychologie de ce chien est très simple à aborder : il faut comprendre qu’il attend de vous que vous lui donniez une mission. Garder la maison, faire le clown, jouer à la baballe, n’importe quoi mais quelque chose, il doit se sentir utile.

Principales qualités

Très sociable, il n’y a à mon sens pas de risque (en tout cas ma chienne) avec des enfants. Elle préférera s’en aller que ne serait-ce que de grogner, un crime de lèse-majesté pour elle : elle ne fait rien qui puisse énerver le Maître !

C’est d’ailleurs un chien qui n’a pas l’agressivité que l’on lui prête à tort.
Pour éviter cela, il ne faut jamais, ô grand jamais, qu’il passe sa vie attaché, car c’est le meilleur moyen (ou moins bon) pour devenir méchant. Il y existe bien évidemment des prédispositions héréditaires, mais je crois que c’est surtout l’éducation qui déterminera sa méchanceté ou non. La fermeté est le maître mot dans la vie du chiot (qui comprend très vite). Après, ce n’est pas un chien qui teste, ce qui est acquis est acquis. Et quand je parle de fermeté, je ne parle pas de coups évidemment : l’intonation de la voix, voir un regard est suffisant.

Principaux défauts

Berger AllemandPour l’environnement, il faut qu’il ait de la place pour se dépenser. Ce type de chien, comme tout grand toutou, est donc à déconseiller en vase clos. Mais si vous êtes certain de pouvoir le sortir très régulièrement et qu’il ne reste pas seul dans l’appartement, je serais tenté de vous dire banco, car si vous êtes là, c’est tout ce qui importe pour lui. Mais attention, c’est un engagement sur au moins dix ans que vous prenez…..

Un détail qui a son importance, le Berger Allemand a de très fortes mues deux fois par an. Quand je dis « fortes mues », c’est assez énorme, donc brossage obligatoire, et en appart’, ça risque de devenir rapidement un nid douillet, si vous voyez où je veux en venir…

La santé du Berger Allemand

Il faut veiller aux dysplasies, mais c’est un chien qui n’est pas sujet aux maladies (il faut bien sûr respecter les vaccins et visites chez le véto, cela s’entend). Il est indispensable de toujours lui consacrer une activité physique régulière, ce qui est très dur pour nous car elle ne connaît pas la promenade en laisse, aussi il est difficile pour elle de me quitter de plus de 20cm (le revers d’une éducation aux petits oignons…).

Par ailleurs, c’est un chien à la santé solide. Il ne rechignera jamais à vous suivre pour de longues ballades sous l’eau, le froid, la neige…, peu lui importe puisqu’il est avec vous, vous l’aurez compris. Son épaisse fourrure le protège des intempéries.

A vérifier tout de même pour les pelages longs, les éventuelles tiques, coupures etc. car c’est un chien spartiate : s’il se plaint d’avoir mal, c’est qu’il y a vraiment quelque chose.

La réaction des gens

SAMSUNGElles sont très mitigées. J’ai bien failli en venir aux mains une fois fasse à un abruti qui nous invectivait alors que mes enfants et ma chienne jouaient dans la neige. Il nous traitait d’inconscients car avoir un chien comme celui-là était, selon lui, très dangereux. Et oui, il y a aussi des bêtes très bêtes dans la race humaine !

Sinon, comme elle n’est jamais en laisse, nous comprenons bien évidement, et c’est bien logique, qu’un berger puisse faire peur, donc, là, deux solutions : je lui demande de s’asseoir, lui prends son collier et la personne passe son chemin ; si le promeneur a toujours peur, je ne peux pas faire grand-chose pour lui, sinon un sourire pour le rassurer.

Soit la personne est avenante, et si elle le souhaite, je la lui fais caresser (ce que je fais souvent avec des enfants lorsque les parents ne psychotent pas et sont demandeurs). Par contre, je rappelle bien toujours aux enfants qu’il ne faut jamais faire ça avec n’importe quel chien sans son maître.

Le budget que mon chien représente

Nos chiennes font partie intégrante de la famille, et loin d’être des nantis, je crois bien que nous ne nous sommes jamais vraiment posé la question du budget avec mon épouse. Nous sommes, il est vrai, un peu à part car pas très matérialistes. Nous nous contentons de bonheurs simples comme le bien-être de nos enfants, leur épanouissement, qui passe aussi par nos deux boules de poils. Donc, nous préférons prioriser sur nos toutous, quitte à ne pas partir en vacances dans un camping bondé…

Passons sur la visite chez le véto annuelle, je ne compte pas grand-chose si ce n’est de bonnes croquettes, soit 37 € (les 15 kg) pour un mois. Nous évitons de donner les restes, mis à part les os qui ne représentent pas de danger pour elles. A part ça, pas de toiletteur, ou choses du genre. En gros, elle ne nous coûte pas grand-chose, notre Berger Allemand.

Berger AllemandPour terminer en ce qui concerne cette race, je tiens à préciser que l’éducation qui lui est prodiguée est extrêmement importante.

J’en veux pour preuve : ma chienne a le même père qu’un autre Berger qui a été rapporté deux ans plus tard à notre éleveur (un parent). Les gens vivaient en appartement et ne pouvaient plus s’en occuper. Il ne semblait pas maltraité, en bonne santé, mais… Nous ne savons que peu de choses sur le passé de ce chien, mais c’est un féroce gardien, je ne m’aventurerais jamais seul dans la cour où l’éleveur le garde. Par contre, dans son autre cour, il y a le père de ma chienne et une autre femelle, et là, j’y pénètre seul ainsi que dans la maison sans problème (les deux mâles ne peuvent pas être en contact, ils se tueraient…).

Dans notre cas, ayant une expérience probante, l’éducation du chiot s’est faite toute seule et au risque de me répéter, si vous êtes là, tout va. Notez toutefois qu’à l’époque j’avais une Épagneul Breton, très bien éduquée elle aussi, donc je considère que c’est beaucoup plus facile d’avoir deux chiens qu’un seul (attention, pas deux mâles Berger ensemble). Aujourd’hui, ma Jack Russell est là pour la dévergonder et s’offrir de longues courses poursuites. Jadie a 11 ans et a rajeuni avec l’arrivée d’Héra, c’est assez bluffant !

Merci à Fafa pour ce témoignage, et n’hésitez pas si vous vivez vous aussi avec un Berger Allemand à partager votre expérience avec nous !

Mon chien gratte à la porte… pendant notre absence !

chien_seulAu secours, on a un problème !

Bon, notre chienne est vraiment adorable, presque tout se passe super bien. Mais j’ai bien dit « presque »… Nous avons quand même quelques petits « loupés » dans son éducation, il ne faut pas se mentir ! Ce n’est après tout que notre premier chien. Mais là, vraiment, je sèche car je n’arrive pas à savoir comment faire pour garantir un résultat.

Voilà le problème : notre chienne gratte à la porte la journée, mais en notre absence. Elle est dehors, comme d’habitude, et il semble qu’elle cherche à rentrer, alors même qu’elle nous voit partir ! Ce comportement nous inquiète… et une porte, ça coûte cher !

Pour une fois, j’écris cet article avant d’avoir trouvé une solution : je vais vous décrire ce que l’on vit, les idées que l’on a sur l’origine de ce comportement et celles que l’on va tenter pour y remédier. Je vous témoignerai d’ailleurs l’avancée de ce qu’on aura tenté. Mais si vous avez des suggestions, du vécu à partager, des conseils… n’hésitez surtout pas, je lance un appel au secours !

ANALYSONS…

Mon compagnon et moi-même avons toujours travaillé toute la journée et avons dès le début habitué notre chienne à rester seule. Nous avons déménagé, mais ce rythme n’a jamais changé. « Vous avez déménagé, d’où son comportement ! » me direz-vous, mais ce serait trop simple. Elle a déjà commencé à le faire dans notre précédente maison…

L’erreur est peut-être partie du fait qu’elle prenait l’habitude qu’on lui ouvre quand elle donne un coup de patte à la porte, comme si elle « toquait » pour demander de rentrer. Mais elle ne le fait pas systématiquement. Donc est-ce vraiment l’origine de son trouble ? Et j’ai quand même du mal à comprendre. Après tout, elle nous voit partir, elle sait que nous ne sommes pas là… Qu’espère-t-elle donc ? Est-ce qu’elle pourrait « oublier » qu’on est partis ? Ou est-ce autre chose…?

Le manque d’activité physique ? Nous avons du mal à le mesurer. Il est vrai qu’en ce moment, comme il fait nuit très tôt et que le temps n’est pas toujours favorable, nous ne pouvons pas lui faire se dégourdir suffisamment les pattes chaque jour. Mais son comportement ne change pas quand elle a pu se défouler, c’est bien ça le problème !

chien jardin

L’ennui ? Ce serait tout à fait justifié, car les journées sont longues pour elle (dans le pire des cas : de 7h15 à 18h45, donc presque 12h). Elle a un Kong rempli de friandises chaque matin, des os à ronger et nous avons un terrain de 1300m2, mais pour un Doberman, il faut peut-être aller plus loin. Quelqu’un a des suggestions…? Je ne connais pas d’autres occupations !

Le stress de la séparation ? Nous l’avons habituée depuis toujours, à rester seule la journée, comment ça pourrait être ça ? Il est vrai que quand on est dans la maison, elle a parfois tendance à nous suivre dans tous les coins… comme aussi parfois, elle reste couchée dans sa niche et nous laisse vivre sans sourciller ! Et quand le dernier d’entre nous deux part, elle a droit à son Kong rempli de friandises, qu’elle attend avec impatience…

La peur ? Nous avons un terrain de 1300m2, c’est vrai, mais il est possible d’y pénétrer en escaladant un des portails qui donne sur un chemin communal. Est-ce que quelqu’un s’introduit dans le jardin la journée ? Ou est-ce que des personnes malintentionnées viendraient énerver notre chienne régulièrement, puisqu’on voit dans le jardin ? A terme, nous avons prévu de construire un vrai mur d’enceinte, mais ça représente un budget que nous n’avons pas encore, donc cette « solution » n’en est pas encore une. D’autres idées…?

Les intempéries ? Nous avons l’impression que notre chienne n’a pas ce comportement quand il fait beau, mais c’est plus difficile à confirmer en ce moment, bien évidemment. L’été, elle passe son temps dehors même quand on est là, couchée au soleil, et la semaine, le soleil est levé quand on part travailler et quand on rentre. Nous savons que les Dobermans sont sensibles au froid et à l’humidité : souhaite-t-elle juste rentrer au chaud et au sec ? Il ne fait pourtant pas encore des températures « polaires », elle a une niche qu’elle a toujours utilisé volontiers et nous lui mettons un manteau adapté pour les jours humides et froids. Faut-il que nous allions plus loin ?

Notre chienne n'aime pas la pluie... :)

Notre chienne n’aime pas la pluie… 🙂

CE QU’ON VA ESSAYER…

Nous voulons vraiment nous atteler à ce problème de comportement, même si nous avons des doutes sur son origine. Après tout, notre chienne n’a que 2 ans et demi, je veux croire qu’on peut arriver à quelque chose.

Le manque d’activité physique : mon compagnon est coureur et emmène notre chienne courir une fois par semaine… la plupart du temps ! Il va donc essayer de ne plus sauter aucune de ces séances. Et de mon côté, même s’il fait nuit, je vais essayer de l’emmener courir chaque soir dans le village, là où c’est éclairé… (sauf quand c’est elle qui ne veut pas sortir à cause du mauvais temps ! Délicats, les Dobermans…)

L’ennui : le jouet Kong, les os à ronger, l’étendue du jardin ne semblent pas suffire… Mais je ne vois pas quoi rajouter, malheureusement ! Un jouet de plus ? Elle en a d’autres (balle, corde, bouteilles vides…). Lequel ferait la différence ? Surtout que les os, elle les enterre dans le jardin à des coins stratégiques au lieu de les ronger ! Je ne sais plus… et nous n’avons pas les moyens de prendre un deuxième chien pour le moment, ce qui résoudrait sans doute le problème de l’ennui, si c’est ça le souci. Avez-vous des idées ?

Le stress de la séparation : même si elle est habituée, il faut toujours se remettre en question. Le matin, nous n’avons pas d’habitudes, nos horaires changent, et moi-même je ne fais pas toujours les mêmes choses (en fonction de ma motivation !) Par contre, le soir, quand je rentre, j’ai l’habitude d’aller la balader quasiment de suite ou de jouer avec elle. Il paraît qu’il ne faut pas s’en occuper dès qu’on les voit, nos toutous… Je vais donc essayer de l’ignorer suffisamment pour qu’elle ne soit plus aussi excitée à l’idée que je rentre ? Pensez-vous que ce soit vraiment une solution ? Je ne vous cache pas mon scepticisme…

La peur : mon compagnon a vu qu’il existait des caméras pour quelques 80 € dont vous pouvez visionner les films pendant votre absence, directement sur votre smartphone. En la positionnant à l’extérieur, cela nous aiderait sans doute à voir déjà comment se comporte exactement notre chienne (gratte-t-elle juste après notre départ, longtemps après, ou parce qu’il fait nuit, parce qu’il pleut, etc.) mais aussi à veiller qu’il n’y ait pas de facteur humain (ou animal) extérieur, qui pénétrerait chez nous, l’effraierait, etc. De plus, ça complète un système d’alarme, ce n’est pas forcément inutile ! Mais n’est-ce pas un gadget ? Quelqu’un connaît…?

chatière chienLes intempéries : nous avons décidé de construire un sas d’entrée (en petite véranda), d’abord pour la propreté de notre maison en y laissant chaussures et manteaux, mais aussi pour l’équiper d’un va-et-vient pour notre chienne, afin qu’elle puisse s’abriter dans une pièce qui profite un peu du chauffage intérieur. Mais nous n’aurons ce sas que début d’année prochaine, et le froid risque de tomber bien avant. Nous pensons donc équiper aussi notre porte de garage d’un second va-et-vient. C’est une pièce moins bien isolée, mais ce sera déjà ça ! Et ces trappes ne coûtent pas très cher. Quelqu’un a déjà essayé ? Il fait quand même froid, dans le garage. Et d’autres animaux pourraient rentrer…?

Voilà où nous en sommes. Vous le voyez, je vous demande explicitement votre aide, chers lecteurs ! Vos avis et conseils sont les bienvenus… Merci d’avance ! 🙂

 

Source image à la une : http://comportement-canin.over-blog.com/article-ce-que-vit-le-chien-pour-les-dernieres-nouvelles-d-alsace-du-14-novembre-2010-60827028.html