Besoin de vous : pour que le chien ait un statut juridique

Amis canins, mobilisons-nous : une pétition est accessible actuellement pour faire en sorte que le chien obtienne un statut juridique.

Vous savez quoi ? Actuellement, pour la loi, les animaux font partie des biens meubles !!! Ils n’ont donc aucune existence aux yeux de la loi et sont traités comme une table basse… ou une chaise… ou une lunette de toilettes…

Cet état de fait est affligeant. Alors signons, et changeons ça ensemble grâce à la Fondation 30 millions d’amis !

vignette_chaisebtn_signez

Apprendre la propreté à son chien

Un chiot n’est pas naturellement propre. Quand on décide d’adopter ou acheter un chien en bas âge (ou en tout cas pas encore éduqué), il faut absolument avoir en tête que les débuts vont être laborieux, puisque personne ne lui aura enseigné la propreté : pipi et caca se feront sur le beau sol de votre salon !

Je sens que ce sujet va être source de polémiques… Et bien tant pis ! Pas de chichi, et pardon d’avance si la méthode que nous avons adopté choque certaines âmes sensibles : je vais vous parler d’une part de ce qui se dit et de ce que nous avons lu, d’autre part de ce qu’on nous a conseillé… et finalement de ce qui a marché pour nous ! Car toutes les méthodes n’ont pas eu l’effet escompté avec notre petite Doberman, en particulier la nuit…

Si vous n’avez trouvé de solution nulle part ailleurs, peut-être que notre méthode est faite pour vous !

APPRENDRE LA PROPRETÉ A SON CHIEN : ce qu’on peut lire ou entendre

1/ les balades (attention, uniquement quand votre chiot aura eu les vaccins nécessaires ; consultez votre vétérinaire) :

Il est indubitable qu’un chiot fait extrêmement souvent ! Ça ne peut donc pas se retenir, ces petites bêtes ? Et non ! 🙂 La première chose à faire est donc de le sortir le plus souvent possible, forcément. Il aura ainsi tout le loisir de se soulager hors de chez vous. « Mais si je travaille ? » me direz-vous, « Et la nuit, il faut se lever toutes les 2h ? ». Ça, on ne ne nous le dit jamais ! Je vous en parle après…

2/ le tapis d’enseignement de la propreté :

Prévoyez le budget qui va avec : je ne vous cache pas que le prix de ces tapis nous a vite incités à chercher des moyens plus économiques !

Vous trouverez dans tous les commerces spécialisés pour nos amis les bêtes ces tapis pour « donner » à votre chien un coin dédié à ses besoins. Ajoutez à cela des bombes à pulvériser dessus, dont l’odeur attirerait votre chien vers cet endroit, et vous serez armés de toute la panoplie !

3/ le parc à chiots :

Attention, investissement également ! Comme pour les bébés, il existe des « parcs », qui sont en fait des petites clôtures (en majeure partie en métal dans le commerce), pour y laisser votre(vos) chiot(s) en toute sécurité. Vous pouvez y associer un tapis d’enseignement de la propreté dans un coin, et votre animal aura tout « sous la patte » sans que vous ayez à lui courir après.

4/ l’attitude du maître :

Je n’ai rien contre ces préceptes, car ils sont vrais pour tout nouvel apprentissage du chien.

Il est dit et redit que les chiens n’ont pas une mémoire comme la nôtre : les gronder pour quelque chose qu’ils ont fait 1h avant est tout à fait inutile. Donc, si votre chien fait ses besoins et que vous vous en rendez compte plus tard (en rentrant chez vous, en vous levant le matin, etc.), ne vous fatiguez pas à le réprimander et à l’accabler, ça ne sera d’aucun secours.

Pour nettoyer ses « oublis », isolez-le pour qu’il ne vous voie pas le faire : il va croire que vous voulez jouer, ou que ce qu’il a fait vous intéresse, et ça lui donnera envie de le refaire.

Quand vous sortez votre chien et qu’il fait dehors, félicitez-le comme s’il avait réussi une prouesse ! Ça l’aidera à comprendre ce que vous attendez de lui.

Voilà en gros ce que vous lirez et entendrez un peu partout… et voici comment ça s’est passé pour nous !

APPRENDRE LA PROPRETÉ A SON CHIEN : ce qui a marché pour nous

Notre solution pour remplacer le parc à chiots : la barrière pour enfants empruntée à des amis !

Pour nous, le problème a été de pouvoir laisser notre chienne dehors, car nous n’avions pas la vocation d’un chien d’intérieur. Le temps qu’elle soit assez grande pour ça, nous l’avons donc laissée en intérieur, mais dans des périmètres limités, car nous n’avions pas les moyens d’investir dans un parc à chiot, d’autant plus qu’un Doberman acquiert très rapidement la force de détruire beaucoup de choses et de sauter par dessus énormément d’obstacles !

Nous avons donc emprunté à des amis leur barrière pour enfants dont ils ne se servaient plus et l’avons placée en bout de couloir pour enfermer notre chienne dans un espace raisonnable, et ainsi la laisser la journée sans qu’elle puisse visiter l’ensemble de la maison.

Notre solution pour remplacer le tapis d’enseignement et la bombe odorante : du papier journal et de l’eau de javel !

Les tapis d’enseignement coûtent cher, et un Doberman, ça fait des gros pipis ! A force de jeter les tapis, nous avons renoncé à dépenser autant d’argent et avons opté pour du simple papier journal. Il est snob de penser que ça ne se vaut pas ! Le résultat est vraiment le même. Et il est connu qu’il ne faut pas utiliser de javel pour nettoyer les oublis de votre chien pour ne pas qu’il y retourne… donc, autant mettre un peu de javel là où on veut qu’il fasse ! 😉

Évidemment, une fois que notre chienne a passé ses journées dehors, nous ne nous posions plus la question de sa propreté la journée.

Le reste du temps, quand nous étions avec elle en intérieur et qu’elle était encore jeune, nous avons appliqué le principe de la sortir souvent et de l’encourager à faire dehors : elle l’a appris très rapidement et nous demandait à sortir spontanément.

APPRENDRE LA PROPRETÉ A SON CHIEN : que faire la nuit ?

Le « coin » pour les besoins, ça va un moment, mais même le chien n’y va plus quand il y en a de trop ! Et le matin, je ne vous raconte pas le chantier ! Car petite, notre chienne faisait autant la nuit que la journée. Nous n’en sortions pas !

Vers ses 6 mois, las de ramasser ses cacas et laver ses pipis tous les matins, je posai la question partout autour de moi pour trouver une solution, car nulle part on en entendait parler. La journée, le chien demande à sortir, mais la nuit, on ne va pas se lever toutes les 3h pendant 1 an ! Nous la sortions au tout début, mais comment lui apprendre à se retenir, et non à nous réveiller pour sortir ?

C’est là que notre dresseur nous a soufflé un concept qu’on ne connaît pas forcément : un chien ne fait pas là où il dort, car c’est quelque chose que sa mère lui a appris avant même ses 2 mois. Si vous voulez apprendre à votre chien à se retenir la nuit, il faut réduire son espace à sa couche. Et pour ça, rien de mieux qu’une cage…

Ça a été radical ! Nous avons placé son coussin dans la cage que nous utilisions pour la transporter en voiture. Nous la fermions avant d’aller se coucher, et à part l’entendre gratter un peu le matin tôt quand elle n’en pouvait plus, fini les pipis la nuit ! Il a suffi de l’y laisser quelques semaines chaque soir, puis il n’a plus été nécessaire de fermer la porte de la cage, elle l’a adoptée jusqu’à ce qu’on ne lui laisse plus que son coussin.

Tout s’est fait en douceur, promis. Il n’y a aucun acte de maltraitance là-dedans : notre chienne a assimilé la cage comme sa niche à elle, nous y avions mis ses « doudous » et tout ce qu’il faut, avec une gamelle d’eau. Ça a été pour nous le petit coup de baguette magique !

Bon courage à vous si vous commencez cet apprentissage avec votre chiot, et n’hésitez pas si vous avez des questions !

A bientôt,

Aloux

Un jouet pour mon chien : le frisbee

Jouet chien frisbeeOn en cherche, des idées, pour occuper et faire se dépenser nos amis chiens ! Voici un jouet à utiliser en balade, pour faire courir votre chien sans perdre son jouet : le frisbee.

Avec notre Doberman, nous sommes vite venus à utiliser le frisbee ! Car après des parties de jeu interrompues par la recherche vaine d’une balle perdue ou par manque de bâtons dignes de ce nom, il a bien fallu trouver la bonne alternative… L’avantage non négligeable du frisbee est donc d’être difficile à perdre, puisqu’il ne roule pas sous des branches ou dans des fourrés, et il reste là où il tombe, pas plus loin ! 🙂

Il en existe de toute sorte dans les animaleries ou sur les sites spécialisés : de toutes les couleurs, de formes diverses et variées prétendues idéales pour que votre chien le saisisse bien (?), avec des petits trous qui laissent rentrer l’air et produisent un sifflement pendant le « vol », et j’en passe ! En ce qui concerne les prix, c’est pareil : de 5 € à 20 €…

Et bien, d’expérience, je vous dirais de ne pas chercher le nec plus ultra du frisbee toutes options. Prenez le plus simple, mais résistant : le meilleur que nous avons trouvé est un modèle à 6 €, rose flashy pour bien le voir en cas de pénombre (balades en soirée), de forme normale, sans aucune fioriture, mais surtout en caoutchouc hyper épais, donc hyper solide.

Il est parfait ! Voici une courte vidéo d’un lancer parmi tant d’autres !

Sur un petit riff de guitare offert par Arnaud Grandin… 😀

A RETENIR pour bien choisir son frisbee :

– solidité de la matière
– couleur flashy pour bien le voir si on le lance très loin
– simplicité de la forme pour qu’il vole bien
… et c’est tout ! Ne cherchez pas plus compliqué !

Je vous souhaite de bonnes parties endiablées…

Aloux

Les chiens au cinéma : l’adaptation de Belle et Sébastien !

belle-et-sebastien Quelle surprise d’apprendre que la série éponyme Belle et Sébastien va se voir adaptée au cinéma ! L’occasion d’admirer ce splendide chien de montagne des Pyrénées à l’écran !

La série Belle et Sébastien n’est connue que d’une certaine génération. Les plus jeunes vont donc pouvoir découvrir cette attendrissante histoire d’amitié canine… Quel beau projet de Nicolas Vanier, le réalisateur !

belle et sebastien chien cinémaSachez que le film a été tourné dans les Alpes (que je connais bien…) dès l’été 2012, pour une sortie en salles prévue en décembre 2013.

Connaissez-vous la race des chiens de montagne des Pyrénées ? Massifs et protecteurs, ils impressionnent beaucoup au premier abord, mais ce sont des chiens très gentils, placides et dotés d’un grand sens de la famille, issu de leur instinct de berger. Ils n’étaient pas destinés à regrouper les troupeaux, mais bien à les protéger. Ce sont donc des chiens doux, notamment avec les enfants, mais qui nécessitent bien sûr de grands espaces.

D’ailleurs, gare à l’inconnu qui s’approche des membres du « troupeau » ! Il se verra rabroué d’aboiements puissants et devra ranger sa main dans sa poche s’il ne souhaite pas la voir croquée !

chien montagne pyrénées belle et sébastien cinémaEn tout cas, c’est avec impatience que nous attendrons ce film adapté de la série Belle et Sébastien, qui espérons-le, ne sera pas trop « enfantin » et nous permettra d’apprécier à la fois les paysages de haute montagne et la beauté du chien de montagne des Pyrénées.

A bientôt dans les salles obscures ! 😀

« Mon chien a avalé une chaussette » 2, le retour…

Mon chien a avalé une chaussette 2, le retour

Oui, notre chienne a avalé une deuxième fois une chaussette… Quelques 6 mois après la première… Quand un chien a connu le goût de la chaussette, il ne l’oublie jamais ! 🙂

Allez, je vous raconte ! Promis, on n’a pas fait exprès… Comme quoi il ne faut jamais se fier à ces yeux innocents !

NOTRE AVENTURE

Nous sommes partis l’été dernier en vacances à la montagne. Au programme : balades, ascensions, pique-nique et changement d’air intégral ! Notre Gaïa était bien entendu ravie !

Sur une balade de quelques 3h (dur, dur… sportive comme je suis…), nous atteignons le lac recherché et pique-niquons devant les sommets enneigés des Alpes. Mais pas de pause sans jouer avec notre Doberman ! Frisbee en main, c’est parti pour 2 ou 3 échanges et sprints de notre chienne.

Une idée saugrenue nous vient alors : elle n’a jamais nagé ! Pourquoi ne pas profiter de ce lac pour la faire se mouiller un peu les coussinets ? Pour l’attirer, on envoie le frisbee à 1m du bord, qui flotte sur l’eau. Notre Gaïa ne l’entend pas de cette oreille, et au lieu d’aller nager un peu, elle trempe à peine ses pattes, et essaie de ramener le frisbee près du bord (si, si, je vous jure !), à coups de patounes ! Il aurait fallu que l’on filme ça !

Mais bien mal lui en a pris : ses coups de pattes enfoncent le frisbee dans la vase, et il disparaît de notre vue.

Mission : le récupérer ! C’est top de la faire jouer avec un frisbee ; c’est le meilleur jouet qu’on a trouvé pour la faire courir sans le perdre ! (contrairement aux balles, par exemple…) Mon compagnon trouve un gros bâton, et s’emploie à essayer de remuer un peu le fond, qu’il revienne à la surface. Rien ne se passe.

Le lac où le drame s'est produit... :) Dans les Alpes, près de Briançon (lac de Puy Aillaud)

Le lac où le drame s’est produit… Dans les Alpes, près de Briançon (lac de Puy Aillaud) ; c’est beau, non ? 🙂

Et là, c’est le drame : il enlève ses chaussures, ses chaussettes, les posent haut sur un rocher pour qu’elles restent hors de portée de notre molosse, et il trempe les pieds pour s’approcher plus près de l’endroit où le jouet a disparu. C’est alors que, profitant de notre inattention, Gaïa ne pense plus du tout au frisbee et s’emploie à trouver un moyen de monter sur le rocher. Je ne sais pas comment, elle y parvient et attrape bien évidemment une des chaussettes !

Le mal est fait. Je la voie du coin de l’œil, mais elle file et nous avons beau l’appeler, lui dire de lâcher, elle gobe sous nos yeux son butin : sachez qu’elle le fait en à peine 2 bouchées ! Impressionnant ! Et voilà…

NOTRE RÉACTION

Même si c’était déjà arrivé une fois et que tout s’était bien terminé, on ne pouvait bien sûr pas s’empêcher de se dire que celle-ci serait la chaussette de trop !

A notre retour, c’est donc parti pour le vétérinaire, et radio, et questionnement : est-ce qu’on l’opère ? La vétérinaire avait en plus un discours particulièrement alarmant (ce n’était pas la même que la fois précédente) : on sentait qu’elle souhaitait surtout se couvrir. En gros, il faut l’opérer pour être sûr qu’elle ne court aucun risque. Mais l’opération est un risque en soi ! Et un investissement réel…

Notre décision : attendre le même laps de temps que la précédente, soit 2 semaines et quelques jours, pour voir si la chaussette ressort seule. Nous planifions donc l’opération à un mardi. Et nous attendons… Nous attendons…

Nous attendons…

… et la chaussette est ressortie par le même chemin que la précédente (vomie…), et dans exactement le même délai ! 2 semaines et 2 jours !! Le dimanche avant le jour de l’opération ! Vous y croyez, vous ??? On n’en revenait pas !

chaussetteA RETENIR

Ben pas grand chose, si ce n’est de ne jamais perdre sa vigilance… Et ces chiens-là sont d’une vivacité telle qu’il est impossible de les rattraper s’ils ne le veulent pas, ou alors, il faut user de ruse et être patient ! Car par exemple, même l’attrait d’une friandise ne supplante pas le bonheur de faire une bêtise !! Nous n’avons tout simplement pas assez de contrôle et d’autorité sur elle pour l’arrêter dans ce genre de situations… 🙁

Avez-vous une solution, vous ? C’est dans ces cas particuliers qu’on se rend compte que l’indépendance de notre chienne peut lui nuire…

Fripouille !! 🙂